Retrouver ses ancêtres dans l’armée de Napoléon grâce à Mémoire des Hommes et Geneanet


recherches généalogiques / lundi, octobre 7th, 2019

Plusieurs millions d’hommes ont servi dans les armées impériales, et la probabilité est forte d’avoir un ancêtre incorporé dans les différentes levées. Le site Mémoire des Hommes, qui publie un certain nombre d’archives du Ministère des Armées, contient notamment les registres matricules de la garde impériale et de l’infanterie de ligne pour la période 1802-1815, consultables gratuitement en ligne.

Ces registres peuvent apporter des informations très riches sur ces hommes d’une vingtaine d’année : noms des parents, date et lieu de naissance, renseignements morphologiques, métier et date d’incorporation, dates et motifs de sortie du corps, …

La seule problématique, c’est qu’il n’est pas possible sur le site de rechercher par mot-clé, et qu’à part si on connait précisément dans quelle unité son ancêtre a servi (si c’est indiqué par exemple sur acte de mariage), il sera difficile de le retrouver en feuillant les pages de près de 1200 registres numérisés…

Depuis plusieurs années, un projet collaboratif de Geneanet a pour objectif de faciliter la recherche dans ces registres : les utilisateurs bénévoles ont indexé déjà plus de 700 000 matricules, en relevant patiemment toutes les informations consultables sur Mémoire des Hommes. Et un moteur de recherche permet d’accéder facilement aux matricules déjà saisis, par nom de famille ou lieu de naissance par exemple. Et si vous y trouvez un de vos ancêtres, en un clic pour arrivez sur la page numérisée du registre qui vous intéresse !

Mes ancêtres dans les armées napoléoniennes

Je commence donc par saisir un par un les noms de tous mes ancêtres nés entre 1770 et 1800 (pour faire large, autour des 5ème et 6ème générations : je compte une quinzaine d’ancêtres qui auraient potentiellement été incorporés).

Et j’ai 2 résultats qui conviennent !

Le premier, SADLER Nicolas, fils de Nicolas et ZAHM Barbe (le releveur a indiqué ZUHM, j’en profite pour signaler l’erreur), est mon ancêtre à la 6ème génération. La date et le lieu de naissance correspondent. Je découvre son matricule 1853, et qu’il était engagé dans le 59e régiment d’infanterie.

En cliquant sur l’URL du document, j’arrive directement sur le site de Mémoire des Hommes, à la page 13 du registre du 59e régiment d’infanterie de ligne, où je retrouve donc mon ancêtre.

Dans la première colonne, j’en apprends plus sur son signalement : il mesurait 1m74, et avait le visage ovale, le font haut, les yeux bleus, le nez courbé, la bouche petite, le menton rond, les cheveux ?, les sourcils châtains, et la petite vérole. La 2ème colonne m’apprend qu’il est arrivé au Corps le 14 décembre 1814, qu’à cette époque il était laboureur et habitait Hambach en Moselle, et qu’il a servi au 7ème d’artillerie à pied. La 3ème colonne m’indique son numéro de bataillon, ou d’escadron, ou de compagnie : 1 et 2e?

Enfin, la dernière colonne me renseigne sur sa date de sortie du Corps et le motif : il a déserté le 9 juillet 1815 (quelques jours après Waterloo, comme visiblement un grand nombre de soldats de ce registre…).

Il sera donc resté 7 mois dans l’armée impériale. Cela donne forcément envie d’en savoir plus, en particulier sur les batailles auxquelles il aurait participé.

Première chose à faire : consulter les premières pages de ce registre pour voir si on trouve des indices. Ce qui est le cas ici, puisque l’historique du Corps du 59ème régiment d’infanterie en ligne y est détaillé.

J’y apprends que le 59ème régiment d’Infanterie était composé de 1361 hommes, et a reçu 327 hommes de plus courant décembre 1814 du département de la Moselle (dont SADLER Nicolas). Son bataillon est parti de Metz le 12 mars 1815 pour se rendre à Langres, et est rentré le 23 du même mois ayant rétrogradé de Bourmont. Ce même bataillon est parti ensuite de Metz le 11 mai 1815 pour se réunir au 4ème Corps 12ème Division de l’armée en Belgique, et y a fait la campagne. Le Régiment a été réduit à un Bataillon le 14 juillet 1815 (donc 5 jours après les désertions..).

D’après cet historique il aurait donc pris part à la Campagne de Belgique, la dernière des guerres napoléoniennes. A-t-il participé à Waterloo ? Je n’ai pas la réponse pour l’instant, il me faut désormais sortir des archives et rechercher plutôt dans des sites d’histoire militaire pour espérer y trouver trace de son bataillon, affaire à suivre…

Deuxième ancêtre qui ressort dans la base collaborative Geneanet : HOFFMANN Vincent, né le 14 juillet 1790 à Etting (que je corrige dans la base car le releveur a eu du mal à le déchiffrer), fils de Adam et LETT Anne Marie.

Comme pour le précédent, j’accède à la page du registre du 30ème régiment d’infanterie de ligne.

J’y retrouve pas contre moins d’informations car le signalement n’a pas été rempli. Il est arrivé relativement tard dans l’armée napoléonienne, le 10 mai 1815. Il est en est sorti moins d’un mois plus tard, le 4 juin 1815, rayé (du registre j’imagine) car il était à l’hôpital ! Deux ans plus tard, laboureur à Etting, il épouse DEHLINGER Madeleine.

Contribuer au relevé collaboratif des matricules napoléoniens

Geneanet recherche toujours des volontaire pour enrichir la base des matricules napoléoniens. Déjà 700 000 soldats mais il en reste encore beaucoup à dépouiller… Ce travail sera non seulement utile à vos propres recherches, mais aussi à tous les passionnés de généalogie.

Pour en savoir plus, visitez la page du projet de relevé collaboratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *