Inventaire et identification des tombes de l’ancien cimetière d’Achen


recherches généalogiques / mardi, octobre 31st, 2023

Au Moyen-Âge, il était d’usage de se faire enterrer autour des églises afin de rester le plus proche de Dieu, voire même sous les dalles à l’intérieur de l’édifice pour les membres du clergé ou les familles nobles.

On trouve peu de documents aussi anciens concernant l’église d’Achen ou son cimetière. Quelques éléments subsistent de la structure d’une ancienne église du XVème siècle, mais l’église Saint-Pierre actuelle a été reconstruite en 1728.

Et comme dans de nombreux villages, le cimetière d’Achen s’est développé pendant plusieurs siècles contre les murs et tout autour de l’église. Ce n’est qu’en 1963 que le nouveau cimetière du Haut Poirier a été créé en dehors du village, et qu’en 1979 que l’ancien cimetière a été supprimé.

Je n’ai trouvé qu’une seule photo noir et blanc de l’ancien cimetière avant sa suppression. Et c’est la tombe de mon arrière-grand-mère WOLF Catherine, née GROSS, décédée le 31 octobre 1962. Cela permet de se rendre compte à quel point le cimetière manquait d’espace à cette époque…

D’ailleurs si des familles d’Achen qui lisent cet article ont souvenir d’autres photos du cimetière dans de vieux albums, qu’elles prennent contact.

Heureusement une vingtaine de tombes ont été conservées pour être replacées aux abords de l’église, a priori les plus anciennes ou les plus joliment travaillées.

Plan et inventaire

Un premier descriptif succint des anciennes tombes a été réalisé à la fin des années 80 par Mme JACOPS et MM. HEMMERT et GUILLAUME, quand ils ont entrepris l’inventaire du patrimoine architectural de le commune et d’une partie du Pays de Bitche et qui est toujours consultable dans la base Mérimée.

Ces tombes ont toujours éveillé ma curiosité, et j’ai eu envie des les photographier pour en conserver une trace, mais aussi quand c’était possible d’en identifier les défunts et de les retrouver dans les anciens registres paroissiaux.

J’ai commencé par réaliser un plan pour situer chacune des tombes, qui se trouvent dans 3 zones distinctes :

  • contre la façade sud de l’église
  • contre un mur près de la grotte de Lourdes
  • au nord de l’église, à la fois intégrées au muret du chemin longeant la façade et contre un mur extérieur

Les tombes de la façade sud

A droite de l’entrée de l’église, une grande croix datant de 1979 a été érigée à la mémoire des défunts enterrés dans l’ancien cimetière.

Puis contre la façade sud de l’église, on va trouver 9 tombes anciennes scellées au mur et espacées de buissons.

01 : tombe de HUEBER datant de 1712

Cette tombe porte l’inscription la plus ancienne : 1712. Les parties gravées sont endommagées, mais on peut deviner le nom du défunt : HUEBER.

Impossible par contre d’identifier plus précisément le défunt dans les registres paroissiaux, les actes de décès ne démarrant qu’en 1732 à Achen…

02 : tombe anonyme

Cette tombe en grès datant vraisemblablement du XVIIIème siècle ne comporte pas ou plus d’inscription. La croix est ornée de fleurs, et on trouve sur la stèle le symbole d’une tête de mort surmontant deux os croisés. On devine que dessous étaient gravées des inscriptions, mais elles sont aujourd’hui totalement effacées.

03 : tombe anonyme

Cette tombe en grès date de la première moitié du XIXème siècle. Autour du Christ en croix sont sculptées des têtes d’anges. Et sur la stèle un saint évêque non identifié et la Vierge.

04 : tombe anonyme

Cette tombe en grès date du XVIIIème siècle. La croix est ornée de fleurs, et le centre porte l’inscription IHS du monogramme du Christ, surmontant les trois clous de la crucifixion. La stèle comporte une tête de mort et deux os croisés.

05 : tombe des époux Anna HOFFMAN et Augustinus ASSANT

Cette tombe en grès est l’une de plus récentes des tombes conservées : elle concerne un couple décédé au tout début du XIXème siècle. Sous le Christ en croix, on reconnait les deux saints des défunts : Saint Augustin et Sainte Anne. La stèle comporte aussi la gravure la plus lisible.

« HEUT DEN 28 SEPDEM
BER 1800 IST ANNA HOF
MAN GOTT ENTSCHLAF
UND AUGSTINUS ASSAN
DEN 26 DECEMBER 1805
EHELEUTE VON ACHEN »

En recherchant dans les registres d’état-civil d’Achen, on retrouve bien les deux décès.

Source : Archives Départementales de la Moselle – Achen (1792-An XI) 9NUM/6EC5 vue 290/405

HOFFMANN Anne est décédée le 6 vendémiaire An VIII âgée de 83 ans, épouse d’Augustin ASSANT cultivateur. Dans le calendrier grégorien, cela correspond au 28 septembre 1799, et non 1800 comme gravé par erreur sur la tombe (sans doute due à la conversion entre le calendrier grégorien et le calendrier républicain de l’époque).

Source : Registre d’état civil 1805-1814 conservé à la mairie d’Achen

ASSANT Augustin, cultivateur âgé de 84 ans, veuf de feue Anne HOFFMANN, fils des défunts Nicolas ASSANT et Barbara SCHAUB, est décédé le 5 Nivôse de l’An XIV. Dans le calendrier grégorien, cela correspond au 26 décembre 1805.

06 : tombe anonyme

Cette tombe en grès date du XVIIIème siècle. La croix est ornée de fleurs, et le centre porte l’inscription crucifère IHS, surmontant un coeur percé des trois clous de la crucifixion. La stèle comporte une tête de mort et deux os croisés.

07 : tombe de DEHLINGER Anne Catherine

Cette tombe en grès date de la fin du XVIIIème siècle. Sous le Christ en croix, on distingue deux saintes : Sainte Catherine et Sainte Anne. La stèle comporte des inscriptions en partie effacées, ce qui complique la lecture et l’identification de la défunte. On devine quelques mots : DECEMBER … CATHARINA DEHLINGER … GOTT ENTSCHLAF et plus bas DORTER puis à nouveau DEHLINGER. Ce pourrait être un jeune bébé, Anne Catherine DEHLINGER, décédée à Achen le 25 décembre 1763 à l’âge de 9 mois, fille de DEHLINGER Jean et SELTZER Elisabeth. Mais sans certitude que ce soit elle…

Source : Archives Départementales de la Moselle – Achen sépultures (1710-1769) 9NUM/6EC5 vue 367/602

08 : tombe anonyme

Cette tombe en grès date du XVIIIème siècle. La croix est ornée de fleurs, au centre une des fleurs surmonte une croix. La stèle comporte une tête de mort et deux os croisés.

09 : tombe de KELLER Peter

Cette tombe en grès est la dernière des 9 tombes intégrées à la façade sud de l’église. Elle porte clairement l’année 1748 gravée sur la croix, et les inscriptions sur la stèle permettent d’identifier le défunt : « DEN 20 APRIL IST PETER KELLER IN GOT ENTSCHLAFEN »

Il s’agit bien de KELLER Pierre d’Etting, décédé le 19 avril 1748, et inhumé le jour suivant dans le cimetière paroissial d’Achen comme l’atteste son acte de décès.

Source : Registre paroissial conservé à la mairie d’Achen

Les tombes près de la grotte de Lourdes

Trois tombes, une grande croix, une stèle et ce qui ressemble à un bénitier ont été regroupés dans un espace près de la grotte de Lourdes.

10 : tombe de KELLER Catharina

Cette tombe en grès ne comporte aucun décor, uniquement des inscriptions. Sur le haut de la croix on lit le début de l’année 175.. et en son centre « DEN 2.. HERBSTMONAT » (qui est le nom ancien pour septembre). Les gravures sur la stèle indiquent la défunte : « IST IN GOT ENTSCHLAFEN CATHARINA KELLER ».

KELLER Catherine est effectivement décédée le 19 septembre 1750 à Achen fille des défunts KELLER Jean Pierre et MULLER Elisabeth. Son corps a été inhumé le jour suivant dans le cimetière paroissial d’Achen comme l’atteste son acte de décès.

Source : Registre paroissial conservé à la mairie d’Achen

11 : croix monumentale et stèle de SCHRUB Johannes

Cette grande croix en grès date du milieu du XVIIIème siècle. Dans l’inventaire architectural effectué à la fin des années 80, la croix est datée précisément de 1753. On peut supposer que la date était gravée sur un morceau de la croix qui a aujourd’hui disparu car elle a été abimée en son sommet, et qu’il ne reste plus qu’une partie du Christ. Sur la stèle sont gravés quatre personnages, identifiés comme étant la Vierge, Saint Jean, Saint Pierre et Saint Jean Népomucène, martyr originaire de la ville de Nepomuk en Bohême. On trouve de nombreuses autres représentations de St. Johannes Nepomuk dans le Pays de Bitche, dont une statue datant 1957 sur le pont reconstruit d’Achen.

Au pied de la croix a été disposée une stèle qui a priori n’a rien à voir avec le monument.

Les inscriptions sont relativement faciles à lire : « DEN 18 DAG WEINMONAT ANNO 1733 IST DER EHRSAME JOHANNES SCHRUB VOM ETTINGEN IN GOTT ENTSCHLAFFEN ».

Et dans le registre paroissial d’Achen on trouve bien l’acte de décès de Johannes SCHRUB originaire d’Etting, décédé le 24 août et inhumé le 25 dans le cimetière d’Achen (différent du 18 novembre indiqué sur la stèle, mais à cette période il n’y a que ce défunt qui puisse correspondre).

Source : Registre paroissial conservé à la mairie d’Achen

12 : tombe de FREIERMUTH Maria Catherina

Cette tombe en grès est datée de 1718. La croix est ornée de fleurs et la stèle, bien qu’incomplète, permet de deviner la défunte : « 1718 DEN 27 TAG LENTZ IST DIE … MARIA CATHERINA FREIER… ». Comme la tombe date d’avant les premiers registres de décès d’Achen impossible par contre de confirmer par les actes. Mais une des hypothèses probables est qu’elle soit mon ancêtre FREYERMUTH Marie Catherine, née en 1672 à Etting, épouse de HOFFMANN Jean en 1690 puis après son décès de KILBERTUS André en 1695. Elle a eu 12 enfants de ses 2 mariages, dont le dernier est né en 1716 quand elle avait 44 ans…

13 : tombe de LEMMER Magdalena

Les inscriptions de cette tombe sont très abîmées, mais certains passages permettent de la dater de 1748 et d’en identifier la défunte : Magdalena épouse HOFFMANN, née LEMMER.

Son acte de décès confirme que LEMMER Magdeleine, femme de Conrad HOFFMAN d’Achen, est décédée le 22 mars 1748 âgée d’environ 40 ans, et son corps a été inhumé le jour suivant dans le cimetière d’Achen (née en 1704 à Achen, elle est la fille de mes ancêtres LEMMER Nicolas et ZOLLER Catherine).

Source : Registre paroissial conservé à la mairie d’Achen

Les tombes de la façade nord

Du côté de la façade nord, on trouve 9 tombes, 6 sont intégrées au muret du chemin longeant l’église et 3 sont adossées contre un mur extérieur. A part une seule, elles ne comportent pas de stèles ni d’inscriptions permettant d’identifier les défunts. Mais elles ont sans doute été conservées de l’ancien cimetière car leurs sculptures sont particulièrement travaillées et mieux préservées car datant pour la plupart du XIXème siècle.

14 : tombe anonyme

Cette tombe en grès datée du XIXème siècle comporte une guirlande végétale, surmontant la sculpture de Sainte Catherine.

15 : tombe anonyme

Cette tombe en grès du milieu du XIXème siècle comporte une croix ornée de fleurs avec le Christ en croix en son centre. Et sur la stèle sont sculptés Saint Pierre et une sainte non identifiée.

16 : tombe anonyme

Cette tombe en grès date du XIXème siècle. La croix ornée de fleurs, avec en son centre le Christ en croix, est surmontée d’une sculpture de 2 têtes d’anges ailés. La stèle comporte deux personnages sculptés : Saint Wendelin et une sainte non identifiée.

17 : tombe anonyme

Cette tombe en grès du XVIIIème siècle est remarquable car elle comporte un bénitier en façade. La croix est ornée de fleurs, et la stèle est sculptée d’une tête de mort et deux os croisés. Des initiales ont été gravées de part et d’autres, C.F. et M.M. mais leur gravure semble plus récente que le reste de la tombe…

18 : tombe anonyme

La croix de cette tombe en grès du XIXème siècle comporte en son centre le Christ en croix, surmonté de deux têtes d’anges ailés. Sur la stèle, on reconnait les sculptures de Saint Wendelin et Sainte Catherine.

19 : tombe anonyme

Cette tombe en grès du XIXème siècle a été intégrée à l’extrémité du muret. La croix est ornée de fleurs avec en son centre le Christ en croix. La stèle comporte les sculptures d’un Saint Evêque et d’une Sainte non identifiés.

20 : tombe de BECKER Catherina

Cette tombe en grès datée de 1852 représente le Christ sur une croix ornée de fleurs, et sur la stèle les sculptures de Saint Antoine et Sainte Catherine. Les inscriptions gravées dessous sont d’une écriture plus « moderne » que sur les autres tombes, et permettent d’identifier la défunte : Catharina BECKER.

Dans le registre d’état civil d’Achen, on apprend qu’elle est décédée le 15 juin 1852, âgée de 67 ans, épouse de FREYERMUTH Antoine, fille des défunts BECKER Jean Pierre et FAAS Catherine.

Source : Registre d’état civil conservé à la mairie d’Achen

21 : tombe anonyme

Cette tombe en grès du XVIIIème siècle porte l’inscription crucifère IHS, surmontant un coeur percé des trois clous de la crucifixion. La stèle comporte une tête de mort et deux os croisés.

22 : tombe anonyme

Cette tombe en grès date du XXème siècle. Le Christ en croix était surmonté d’une sculpture de 2 têtes d’anges ailés dont l’un a disparu. La stèle comporte deux personnages sculptés : une sainte non identifiée et Sainte Catherine.

Articles sur le même sujet

Une réponse à « Inventaire et identification des tombes de l’ancien cimetière d’Achen »

  1. Je vous félicite pour la publication de vos recherches sur l’ancien cimetière d’Achen. Les stèles sont particulèrement belles et méritent vraiment qu’on s’y intéresse ainsi qu’aux citoyens qui reposent dans ces tombes.
    Personnellement, je ne suis pas d’Achen mais mon mari et tout ce qui concerne ce village m’a toujours intéressée notamment son histoire.
    Aussi, c’est avec plaisir que je lis tous vos articles.
    Merci pour votre partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *