Mon arrière-grand-père AST Antoine dans l’armée impériale Allemande lors de la 1ère guerre mondiale


histoire familiale / dimanche, novembre 1st, 2020

article rédigé dans le cadre du ChallengeAZ 2020

L’annexion de l’Alsace-Lorraine

En 1871, après la défaite lors de la guerre franco-allemande, l’Alsace-Lorraine est annexé à l’Empire Allemand et devient le Reichsland Elsaß Lothringen. Les populations deviennent de facto allemandes, ceux qui choisissent d’opter pour la nationalité française doivent quitter le territoire.

Carte de l’Alsace-Lorraine annexée par l’Empire Allemand

Mes ancêtres AST Nicolas et HELFER Elisabeth vivent à Hottviller, en Moselle, et leurs familles y sont installées depuis des générations. Ils décident de ne pas quitter leur village et se marient en 1879 à Hottviller ; leurs 8 enfants naîtront donc Allemands. Mon arrière-grand-père AST Antoine nait à Hottviller le 31 mai 1885, et comme désormais tous les documents officiels de cette période, son acte de naissance est rédigé en allemand.

Acte de naissance de AST Anton à Hottviller

Un document rare : sa Dienstzeitbescheinigung

Il est normalement difficile de reconstituer les parcours des soldats allemands car les archives du Reich, regroupées à partir de 1919 à Postdam, ont été entièrement détruites lors du bombardement de la ville en avril 1945.

Mais un concours de circonstance heureux m’a permis de récupérer les états de services militaire de AST Antoine ! Après la guerre, il redevient Français, et en 1932 fait reconnaître ses états de service allemands en France pour avoir une carte de combattant et prétendre à une pension. A sa demande il joint une copie de sa Dienstzeitbescheinigung, qui sera conservée aux Archives Départementales de Moselle jusqu’à aujourd’hui, alors que l’original a brulé à Postdam !

Dienstzeitbescheinigung de AST Anton

Avant-guerre

A ses 20 ans, Antoine effectue un service militaire de 2 ans dans l’armée Allemande, au sein du 60ème régiment d’infanterie de la 4ème Kompanie.

En 1909, il épouse WOLF Barbe à Hottviller ; de ce mariage naîtront deux enfants avant la guerre :
– AST Marie Elisabeth le 16 juillet 1910 (lire à son sujet Le destin tragique de la famille LORICH en Moselle de 1939 à 1945)
– AST Georges le 3 mai 1912

Mobilisation et guerre de position dans les Vosges

Le 3 août 1914 quand l’Empire Allemand déclare la guerre à la France, il est naturellement mobilisé dans l’armée impériale, comme 380 000 conscrits Alsaciens et Lorrains (cette mobilisation au début de la Première Guerre mondiale se fait globalement sans heurt, les jeunes générations n’ayant jamais connu la France et se considérant comme citoyens allemands).

Il rejoint le 70ème régiment d’infanterie de la 4ème Kompanie, il s’agit du « 8. Rheinisches Infanterie-Regiment » de Saarbrücken.

Extraits du livre « Rheinisches Infanterie-Regiment Nr. 70 im Kriege 1914-1918 »

A partir du 19 septembre 1914, il combattra dans les Vosges pendant plus d’un an. Le 11 janvier 1915 il passe au rang de « Gefreiter« , et le 27 janvier de la même année est décoré de la « Eisernes Kreuz zweiter Klasse« , la croix de fer qui sera largement « distribuée » à plus de 5 millions de soldats allemands.

Ces combats extrêmement violents et la rigueur du climat occasionneront de nombreuses pertes des deux côtés.

Terrain de batailles sur les pentes des Vosges

Quelques mois de répit

Retiré du front le 12 décembre 1915, il est directement envoyé un mois dans une formation de Minenwerfer à Mitau (aujourd’hui Jelgava en Lettonie), près de Riga.

A partir de mai 1916, il est affecté dans le 5ème régiment d’infanterie de réserve du IIème Ersatz-Bataillon. A cette période il a enfin l’occasion de retourner dans sa famille à Hottviller (9 mois plus tard, sa femme WOLF Barbe accouchera de leur 3ème enfant, AST Hewdige le 12 février 1917).

Sur le front de l’Est contre l’Empire Russe

Mais dès le 22 août 1916, il repart cette fois-ci pour le front de l’Est au sein du 21ème régiment d’infanterie. Le 7 octobre il passe sous-officier, et quelques jours plus tard son régiment commence un long combat contre l’armée Russe sur la ligne de front à Jakobstadt le long du fleuve Düna (Jēkabpils dans le sud de l’actuelle Lettonie).

Les 3 lignes du front de l’Est : fin 1914, fin 1916, fin 1918

Ils y combattront pendant près d’un an, jusqu’à la prise de Riga par les Allemands en septembre 1917.

Troupes allemandes à Riga

Sur le front de l’Ouest dans les tranchées

Son régiment sera ensuite amené rapidement par le chemin de fer pour renforcer le front de l’Ouest, en vue d’une offensive que l’Empire allemand souhaite décisive. A partir du 12 novembre 1917, le 21ème régiment mène une guerre de position contre les troupes Britannique devant la ville de Reims. Suite à sa formation reçue fin 1915 à Mitlau, Antoine devient lanceur de mines au sein de son régiment. Il combattra dans les tranchées jusqu’au 4 avril 1918.

Lanceur de mortier allemand dans les tranchées

Le 22 juin 1918, il est nommé au rang de Vizefeldwebel (équivalent de sergent) pour sa bravoure face à l’ennemi.

Le 7 septembre 1918 il est malade et transféré à l’hopital militaire Stendal, d’où il sortira le 25 novembre 1918, quelques jours après la défaite de l’Allemagne et l’Armistice du 11 novembre 1918.

Après-guerre

AST Antoine retrouve enfin à nouveau sa famille à Hottviller, après 4 années d’une guerre terrible, et reprend son activité de maçon.

Son jeune frère, AST Nicolas, incorporé également dans l’armée Allemande au 59ème régiment d’infanterie, ne reviendra pas. Il est tombé en mars 1915 à Strzelin sur le front Russe, il avait tout juste 20 ans.

Investie par les troupes françaises dès la fin de la Première Guerre mondiale, l’Alsace-Lorraine est officiellement restituée à la France par le traité de Versailles le 28 juin 1919, et les Alsaciens-Mosellans sont réintégrés de plein droit dans la nationalité française.

AST Antoine, WOLF Barbe et leurs enfants Marie, Hedwige et Georges vers 1919

Le 28 avril 1920, WOLF Barbe accouche de leur 4ème enfant : ma grand-mère AST Barbe Madeleine.

Dans les années 30, Antoine fait renouveler sa carte du combattant. Il joint à sa demande la copie de sa Dienstzeitbescheinigung ainsi que son ancienne carte, que j’ai eu la chance de retrouver aux Archives de la Moselle avec photo d’époque !

Je ne connaissais alors que 2 autres photos de mon arrière-grand-père transmises dans la famille : un portrait et une photo prise avec ses amis du club de Skat en 1935.

AST Antoine décédera à Hottviller un mois après cette photo, le 25 décembre 1935, à l’âge de 50 ans. La liste des descendants d’AST Antoine et WOLF Barbe compte aujourd’hui plus de 80 personnes.

Autres articles similaires

Facebooktwitterlinkedinmail

4 réponses à « Mon arrière-grand-père AST Antoine dans l’armée impériale Allemande lors de la 1ère guerre mondiale »

  1. Les dossiers de demande de pension militaire sont une vraie mine d’or pour retracer la parcours de nos aïeux mosellans pendant la première guerre mondiale ! J’y ai aussi retrouvé le parcours de mon arrière-grand-père (que j’avais déjà dans son MilitärPass) et de mon AAGP, Paul WALENTIN. J’ai appris notamment qu’il avait été gazé sur le front de l’Est avec des séquelles après le conflit. Heureux en tout cas de lire des articles qui sentent bon la Moselle 🙂

  2. Pareil que mon voisin du dessus ! Bravo pour ce début de challenge où les Archives de la Moselle sont à l’honneur et merci pour toutes tes publications qui sont passionnantes et qui permettent de découvrir notre belle région autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *