La confirmation d’un lien de parenté grâce à l’analyse du chromosome X


adn / vendredi, novembre 27th, 2020

🇩🇪 auf Deutsch
article rédigé dans le cadre du ChallengeAZ 2020

MyHeritage m’a récemment trouvé une nouvelle cousine génétique, Shannon, du côté de ma mère. En comparant sa fiche avec celle de ma mère, je trouve suffisamment d’indices prometteurs pour que j’essaye de chercher notre ancêtre commun :

  • une correspondance ADN relativement élevée : 1% et un total de 71,7 cM sur 3 segments, dont le plus long est de 30,6 cM
  • quelques patronymes d’ancêtres identiques
  • quelques ancêtres situés dans le Grand Est et l’Allemagne


Et surtout, cette cousine potentielle a publié un arbre généalogique sur MyHeritage avec plus de 400 ancêtres, ce qui n’est pas toujours le cas de mes autres correspondances… Malheureusement quand je l’ai contactée via la messagerie de MyHeritage, je n’ai pas eu de réponse. Par contre j’ai pu consulter son arbre généalogique qu’elle avait laissé en accès libre.

Elle a des origines très variées, et je n’y ai pas trouvé d’ancêtres communs, mais une de ses branches maternelles a attiré mon attention : d’après leurs noms ce sont ses ancêtres d’Allemagne, et certains s’appellent SIEBERT, comme une famille de mes ancêtres allemands protestants dans le land Hessen.

La recherche de notre ancêtre commun SIEBERT

Comme je n’avais toujours pas de réponse après plusieurs messages, mais que je sentais que la piste était intéressante, j’ai décidé de travailler sur son arbre généalogique, et remonter les générations de ses SIEBERT pour voir si nous avions un lien de parenté.

Par chance, les registres de la ville de Bad Hersfeld dont sont originaires mes ancêtres SIEBERT sont disponibles en ligne via abonnement sur le site Archion.de, qui numérise les registres allemands protestants.

J’ai donc consulté les registres de mariage, en espérant y trouver son couple SIEBERT Jakob et HOHMANN Eva Elisabeth. Et après de longues heures à déchiffrer ces actes en allemand, j’ai fini par tomber sur leur mariage en 1886.

Et là surprise, les parents du marié sont SIEBERT Johannes et HILD Elisabeth, un couple que je connais déjà car ils font partie de mes ancêtres directs et se sont mariés dans cette région en 1846 !

Pour en avoir le coeur net, je retrouve également le baptême de SIEBERT Jacob à Bad Hersfeld le 9 mai 1847, pas de toute c’est bien le fils de mes ancêtres.

Voici donc le lien de parenté entre ma mère et Shannon. Un lien que je n’aurais jamais eu l’idée d’aller rechercher dans son arbre, si au préalable je n’avais pas reçu cette correspondance ADN.

Par curiosité, je fais aussi une vérification avec l’outil Shared cM Project, dont j’ai déjà parlé pour estimer un lien de parenté grâce à l’ADN partagé. Je saisis les 71,7 cM d’ADN découverts par MyHeritage, je positionne ma mère au centre du tableau, et en complétant les générations que je viens de trouver, Shannon est bien dans une case « cohérente » avec ce montant d’ADN partagé.

Fort de cette découverte, je recontacte Shannon qui cette fois-ci me répond, ravie de découvrir cette parenté. Elle m’informe aussi que sa mère a fait un test ADN mais sur 23andMe.

La confirmation de notre lien de parenté via le Chromosome X

L’histoire aurait pu en rester là. Mais en allant comparer sur 23andMe les profils de ma mère et celui de la mère de Shannon, j’ai fait une autre découverte.

Comme il s’agit cette-fois de la mère de Shannon, Cindy (aussi appelée Cynthia sur MyHeritage), elle a un lien génétique logiquement plus important avec ma mère : 2,15% d’ADN partagé, pour un total de 160 cM. 23andMe en déduit d’ailleurs qu’elles devraient avoir des arrière-arrière-grands parents communs ce qui est tout à fait exact vu mes précédentes recherches.

Mais surtout j’ai remarqué une correspondance très intéressante sur le schéma des paires de chromosomes représentant leurs segments partagés : j’ai repéré pour la première fois une correspondance sur le chromosome X ! Car contrairement à MyHeritage qui n’analyse que les 22 paires de chromosome non sexuels, 23andMe intègre aussi dans son test l’analyse du chromosome X.

Le gros avantage d’une correspondance sur le chromosome X, c’est qu’elle permet de réduire considérablement les lignées d’ancêtres communs potentiels. Une femme hérite de deux chromosomes X, celui de son père et l’un de sa mère. Un homme hérite du chromosome Y de son père, et donc forcément son chromosome X vient de sa mère.

Si je prends l’arbre de ma mère, cela signifie que seuls les ancêtres colorés ont pu lui transmettre des segments du chromosome X, et donc que si mes recherches à Bad Hersfeld sont justes, l’ancêtre commun avec Cindy est forcément sur l’une de ces cases.

X-DNA Female Inheritance – Blaine Bettinger

Pour le vérifier, j’ai récupéré un fichier très pratique sur le site Genealogy Junkie et que l’on peut éditer.

J’ai rempli le fichier en partant de ma mère, jusqu’au couple SIEBERT Johann & HILD Elisabeth. Ils sont bien tous les 2 sur les cases colorées, ma mère a hérité en théorie 12,5% de son chromosome X de SIEBERT Johann, et 12,5% de HILD Elisabeth.

De la même façon, j’ai rempli ce tableau pour Cindy, pour voir de quels ancêtres elle a pu hériter de segments de son chromosome X. Son ancêtre SIEBERT Jacob est bien lui-aussi sur une case colorée. Par contre il a forcément hérité son chromosome X de sa mère, donc SIEBERT Johann est en blanc, et c’est juste HILD Elisabeth qui est colorée et dont Cindy a hérité 25% de son chromosome X.

Conclusion : j’avais trouvé les ancêtres communs entre ma mère et Shannon par les actes paroissiaux, j’en ai une nouvelle confirmation via l’analyse de son chromosome X et celui de Cindy !

Et je peux même affirmer que le segment de 30,82 cM qu’elles partagent sur leur chromosome X vient de HILD Elisabeth, leur arrière-arrière-grand-mère commune, née à Bad-Hersfeld il y a 200 ans.

Pour finir, voici sur 23andMe la représentation du lien de parenté entre ma mère, Cindy et sa fille Shannon (qui se fait appeler Sionnain sur 23andMe).

D’autres recherches possibles suite à cette confirmation

Après cette confirmation de lien de parenté, je sais aussi à partir de maintenant que les autres correspondances de ma mère sur ce segment partageront forcément un ancêtre commun avec HILD Elisabeth.

Pour l’instant avec l’outil de comparaison ADN de 23andMe, 4 personnes triangulent sur ce segment du chromosome X :

  • en violet le chromosome dont j’ai hérité de ma mère
  • en orange, le segment partagé avec Cindy
  • en jaune, le segment partagé avec Sionnain
  • en bleu, une nouvelle cousine génétique : Cristy

J’ai contacté Cristy il a plusieurs mois, elle n’a pas répondu et sur sa fiche 23andMe je n’ai aucun renseignement sur ses ancêtres, elle n’a sans doute pas fait son test ADN dans un but généalogique.

Mais au-delà du chromosome X, je vais pouvoir maintenant analyser 1 à 1 chacun des cousins génétiques communs entre ma mère et Cindy sur 23andMe, et ma mère et Shannon sur MyHeritage, qui auront forcément ce lien de parenté. Encore beaucoup de découvertes en perspective…

Articles similaires

Facebooktwitterlinkedinmail

5 réponses à « La confirmation d’un lien de parenté grâce à l’analyse du chromosome X »

  1. C est très intéressant. Et apportent de jolis fruits a des arbres avec beaucoup de branches, c est assez génial. Mais cela semble nécessiter de travailler et travailler encore des données, non ? Pas trop compliqué?

    1. Finalement dans ce cas, ça reste principalement de la généalogie. L’ADN me suggère que j’ai un ancêtre commun avec Shannon, et je complète son arbre généalogique pour essayer de le retrouver.
      C’est quand on ne trouve pas de façon évidente l’ancêtre commun que ça se complique, et qu’il faut regarder de plus près les segments d’ADN communs, les triangulations, les cM, émettre des hypothèses, etc.
      Dans cet exemple j’ai plutôt eu de la chance de trouver si « facilement » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *